La fabrication d'une arme Stevaux
    
 Les plans

La réalisation du modèle à la table à dessin et à l'ordinateur est une étape capitale dans la conception ; elle nécessite une longue expérience dans l'assemblage et le façonnage manuels des pièces si l'on veut obtenir un mécanisme à la fois souple et solide.
Conception du modèle 
 La mécanisation

 
 Une fois l'étude et les plans terminés, les blocs d'acier sont sciés et mis à dimension. Le façonnage des différentes pièces de l'arme est alors réalisé à l'atelier ou sous-traité pour certaines pièces quand une technologie plus pointue est nécessaire. 
    
 La mécanisationLa mécanisation 
    
 Un alliage spécial...

Un des atouts des armes Stevaux réside dans l'utilisation d'un acier aux caractéristiques particulières : un alliage de nickel et de chrome extrêmement résistant élaboré par des professionnels.
 
    
 Le basculage

  
 Cette opération consiste à assembler et ajuster manuellement les trois pièces maîtresses d'une arme, à savoir le canon, la bascule et la longuesse. Etape importante dans la construction d'une arme basculante, sa réussite garantit une arme solide et précise pour des années. 
    
 
Le montage

Le monteur réalise le système de fermeture, ajuste les platines et montes les batteries d'armement. Ensuite, il place les percuteurs, la sous-garde et le système de sécurité. En final, il réalise une première mise en forme extérieure : la pré-relime.

La mise à bois

Après le montage, la crosse est façonnée sur mesure en fonction des exigences du client.
 
    
 Baptiste au travailLa marche

Le marcheur a pour tâche de retravailler le basculage, finaliser le pinçage de la bascule sur les canons et préparer le verrouillage pour la mise à l'épreuve. Il reprend également le travail du monteur, affine les prises et les volées, crante les chiens et trempe les batteries pour donner la dureté au métal. Il vérifie la mise à bois et effectue les différents montages, réglages et façonnages qui donneront à l'ensemble son aspect final. Cette étape de la fabrication - complexe et très longue - est toujours confiée à l'ouvrier le plus expérimenté de l'atelier.

Ensuite viennent les opérations de reforrage des canons, de chambrage, de mise à l'épreuve, de réglage grâce au premier tir et puis de mise à bois de la longuesse.
 
    
 La marcheLa marche 
    
 
Un mécanisme inédit
Treize années d'expérience dans les anciens ateliers de Lebeau & Courally ont permis à Jean-Marc Stevaux d'appréhender toute la finesse du mécanisme traditionnel liégeois mais également d'en percevoir les limites. Fort de ses connaissances, il est parvenu à l'améliorer en développant les innovations suivantes :


1. Excellente rigidité de l'ensemble bascule canons engendré par la suppression d'éléments déforçant ces derniers ;
2. Verrouillages haut du greener ;
3. Recul interchangeable à double fonction ;
4. Contrôle du pinçage des crochets de canons par la bascule en son centre ;
5. Fond de bascule ouvert et fendu facilitant les assemblages et réajustages éventuels de saison.


 
    
 Le premier et deuxième démontages

En premier lieu, l'artisan effectue le contrôle des portées du bois de longuesse, la relime de la capucine, le polissage de la tête de clef et retouche les bords du métal pour "rendre du bois".
 
    
 La gravure du métal

Cette étape de la finition est réalisée par un artisan graveur.
 
 La gravure
Une finition personnalisée...

C'est le troisième atout d'une arme fabriquée dans les ateliers Stevaux : toutes les fabrications sont faites sur mesure et tous les choix esthétiques (la gravure du métal, la relime et le choix du bois, etc.) appartiennent au client.

La repasse

Dernier contrôle, cette étape - souvent négligée - est d'une grande importance dans la réalisation d'une arme fine. Elle doit être réalisée par un ouvrier très soigneux. Les canons ainsi que les mortaises de bascule sont blanchis et les charnières nettoyées. Tous les mécanismes sont contrôlés minutieusement et l'arme est démontée et remontée autant de fois que nécessaire.
 
    
 L'écrouissage des goupilles ainsi que des vis et la réalisation des bleus sur un lit de sable fin sont les ultimes opérations avant le remontage final et le dernier tir de réglage. 
    
 
Une main d'oeuvre soignée et une garantie à vie...

La fabrication d'une arme Stevaux nécessite en moyenne 750 heures de travail d'artisans qualifiés formés dans la meilleure école belge. C'est l'assurance d'une main d'oeuvre soignée pour une arme garantie à vie !
 
 Haut de la page